lundi 12 septembre 2016

GR65 : Le chemin vers Compostelle


Hello à tous!

Depuis la semaine dernière le blog a repris du service. Mais je cherche encore un peu à prolonger les vacances en postant ici, au compte goutes, mes pérégrinations estivales. L'été a été sportif pour moi cette année. J'ai réalisé une envie qui me trottait dans la tête depuis quelques temps déjà : marcher sur le chemin de St Jacques de Compostelle. Je suis partie deux petites semaines avec une amie et c'est comme si ça avait enclenché un petit changement chez moi -la phrase hyper clichée-
Je suis partie au mois de juillet et je publie seulement cet article aujourd'hui parce qu'il m'a fallu un temps pour "digérer" cette aventure. Tout ceux qui me connaissent vous le diront : je ne suis pas particulièrement ce qu'on appelle une sportive, beaucoup se sont demandés ce qui se passait dans ma tête pour que j'ai envie de faire une telle randonnée et d'autres encore m'ont regardée avec un petit sourire de tu ne vas surement pas y arriver. Mais voilà, ce projet nous en parlions depuis beaucoup de temps, il avait eu le temps de germer et de se concrétiser pour nous et malgré les réticences de mon entourage je ne voulais pas faire marche arrière.



La préparation du projet
Avant de partir, nous nous étions évidement renseignées sur le chemin. Nous avons lu quelques témoignages, des blogs, des livres et nous avons suivis les conseils de personnes plus avisées que nous. Malgré tout, nous n'avons pas éviter deux grosses erreurs de débutants (qui ne nous ont pas handicapées beaucoup) : le poids du sac (entre 12 et 15kg) et le manque d'entrainement. 
Le deuxième est très rapidement devenu un "non problème" puisque les premiers jours ont fait offices d'entrainement. Quant au poids du sac nous avons appris à marcher avec ce poids mort sur le dos. Et au bout de quelques temps chaque kg en plus ou en moins était immédiatement identifiable au fond du sac. 
Avant notre départ nous n'avions pas particulièrement prévu d'itinéraire. Ne sachant pas comment le voyage se passerait nous avons simplement décidé d'un jour et lieu de départ et nous avons réservé nos gîtes la veille de chaque arrivée sur une nouvelle étape.


Le départ et l'aventure sur le chemin
Nous sommes parties du Puy en Velay et nous avons choisi de suivre la route la plus connue qui est la Via Podiensis, jusqu'à Figeac.
Nous avons marché tous les jours, pendant 13 jours, entre 15 et 25km allant d'étapes en étapes, de rencontres en rencontres, de découvertes en découvertes. Nous avons traversé des villages, des lieux, des paysages magnifiques, simples, naturels et tellement reposant. Le calme règne tout le long de la route, les gens sont bienveillants, altruistes, sereins. Malgré la fatigue, les douleurs, les baisses de motivation, les pèlerins restent positifs et unis. Mon discours peut sembler raconter le voyage de Mademoiselle Robert au pays des Bisounours, mais j'ai été particulièrement étonnée par toute cette gentillesse que l'on a croisé au bord de la route. De très belles rencontres éphémères que je ne suis pas prête d'oublier.

Hormis le challenge, l'effort et la découverte, le chemin est aussi un lieu de partage. Les personnes sont toutes là pour donner le meilleur d'elle même. Sur ce parcours il n'y a pas de compétition, personne n'est là pour faire mieux que l'autre. Nous avançons tous vers un même but, spirituel ou non, religieux ou non, mais un but qui nous rassemble, tous. 


Les détails pratiques

Le poids du sac : point crucial du randonneur, le poids de son sac. Évidemment, comme je vous l'ai signalé plus haut, c'est une erreur courante de partir avec un sac beaucoup trop lourd. Dans beaucoup de guide ils conseillent un sac de moins de 10kg, voir même 6 kg (attention le poids du sac doit comprendre les 2l d'eau et éventuellement la nourriture). Alors oui c'est possible de porter plus, si votre sac est adapté vous de devriez pas avoir trop de problèmes de dos, mais je vous conseille malgré tout de respecter cette limite. Un sac de 40l est largement suffisant pour l'aventure. Sur le chemin vous n'avez besoin de rien. Ça fait aussi partie du challenge de se séparer de ce qui n'est pas essentiel. 




Les détails pratiques
Le budget : Normalement ce chemin vous permet de passer des vacances de découvertes au grand air pour pas trop cher. Attention, pas trop cher ne veut pas dire zéro! De notre côté nous avions un petit budget que nous avons réussi à respecter. La majorité des pèlerins dort et mange dans les gîtes à chaque étape. Ce mode de voyage permet de favoriser les rencontres et de manger local. Malgré tout, la demi pension est quand même réservée à un public ayant un gros budget, en effet, une soirée peut rapidement revenir à une trentaine d'euros. Pour notre part nous avons décidé de seulement profiter des nuitées en gîte afin de diviser notre budget en deux. La contre partie est que nous étions obligées de porter nos repas sur le dos. Parfois sur plusieurs étapes si nous n'étions pas sures de croiser d'épicerie sur notre route. Évidemment cela augmente encore le poids du sac de quelques grammes/kilo, mais ça apprend aussi à faire des courses intelligentes et légères. 
Dans la grande majorité des gîtes, une cuisine est mise à disposition des pèlerins se qui permet de se faire des repas chauds de temps en temps. 
Pour parler concrètement de budget, nous avons payé nos nuits entre 11 et 16 euros. Donc nous faisions des journées à moins de 20euros. 
Il est aussi possible de partir avec une tente pour minimiser encore d'avantage les frais. Mais cela implique de la porter, ainsi qu'un tapis de sol et un duvet. D'autre part, ça diminue les échanges que l'on peut avoir avec les autres pèlerins en gîte







Les détails pratiques

Quel guide emporter avec soit : malgré les différentes et nombreuses lectures que vous pouvez faire avant de partir, je vous déconseille de partir avec plus d'un guide dans votre sac. Mais il est important de choisir le bon. Pour notre part nous avons voyagé avec le Miam Miam Dodo 2016, qui répertorie les gîtes et auberges d'étapes avec leur prix), ainsi que les points d'eau sur la route et les épiceries, boulangeries, pharmacies, postes...






































Ce que je retiens de tout ça
Je ne vais pas m'étaler sur chaque étape et chaque ressentie de cette aventure. Premièrement parce que chaque personne vit ça différemment. Deuxièmement parce que je pense qu'il vaut mieux le vivre que le raconter. Troisièmement parce que très honnêtement, je crois que je n'ai pas encore assez de recul pour parler de tout ça tout en restant claire et concise. 

Simplement quelques choses que j'ai apprises sur moi même :
- Je suis capable de me surpasser dans l'effort bien plus que ce que je pensais
- Seul le meilleur côté des pèlerins voyage sur le chemin
- Il est possible de vivre avec seulement quelques kilos sur le dos (il me manquait quand même une machine à laver mais c'est un peu trop lourd dans le sac)
- La France est un pays magnifique
- Je comprends tout à fait les gens qui plaquent tout pour refaire encore et encore ce chemin
- J'ai ouvert une phase spatio-sportive chez moi
- Lorsqu'on marche à plusieurs il est important d'être raccord et au même rythme
- C'est une expérience inoubliable 
- ...



2 commentaires:

Marion R. a dit…

Tes photos sont géniales!!

Mademoiselle Robert a dit…

Merci Marion!!